La passe miroir, tome 1, de Christelle Dabos

9 novembre 2017
Blog post

Qu’est ce que c’est ?

« La passe miroir, tome 1 les fiancées de l’hiver » de Christelle Dabos est un roman extraordinaire qui nous emmène à la rencontre de l’attachante Ophélie et de son entourage. Il s’agit du premier tome d’une saga fantastique (3 tomes à ce jour) qui tient le lecteur en haleine d’un monde à l’autre de son univers imaginaire.

Dans l’univers particulier d’Ophélie, les personnages ont des pouvoirs. Mais pas du tout comme nos super-héros des comics qui usent et abusent de forces surnaturelles. Plutôt à la manière d’Harry Potter ou des héros d’Alice aux pays des merveilles.

Et puis, les lieux ont une vie. Tantôt les meubles ressentent les émotions de leurs propriétaires, tantôt ils ne sont que de véritables mirages montés de toutes pièces.

En résumé, en tant que lecteur on est transporté dans un univers complètement nouveau ! C’est inédit, c’est frais, et c’est plein de suspens… Avec la passe miroir, vous oubliez complètement le stress du quotidien.

Pour qui ?

Le personnage central de la saga, Ophélie, est l’image même du contre héros. Elle est jeune certes, mais surtout myope (très myope), maladroite (une vraie catastrophe) et n’aspire qu’à la tranquillité contrairement à sa famille qui lui a choisi son mari bien malgré elle. Alors évidemment on s’y attache vite à cette gentille héroïne que rien ne pré destiné à toutes ses péripéties…

De ce fait, je dirais que ce roman s’adresse davantage à une cible féminine, autant « young adult » qu’adulte. D’autant plus qu’il s’agit aussi d’une histoire d’amour quand même (ben oui, au fond). Mais pas seulement.

De façon plus large, je pense que ce livre plairait à tous les fans de sagas « fantastiques » qu’il s’agisse du Seigneur des Anneaux, du Hobbit, d’Hunger Games, Twilight, de Divergente, d’Harry Potter ou encore des chefs d’oeuvre de Miyazaki pour aller un peu plus loin.

L’univers incroyable  de Christelle Dabos est sans limite est nous allons de surprise en surprise à chaque chapitre. A noter que je pense que ce livre plairait particulièrement aux sur-efficients tant l’imaginaire est riche et les émotions sont denses.

Par contre, je pense qu’il ne faut pas confier se livre aux plus jeunes car il contient tout de même des passages et des idées qui méritent d’être expliqués par des adultes : un mariage forcé (ben oui quand même), des trahisons dans tous les coins, des meurtres etc. Même si ces épisodes sont toujours très bien présentés et ne font pas peur en soi, ils méritent d’être discutés avec les plus jeunes qui liraient le livre.

Enfin, même si cet ouvrage se dévore du début à la fin (vous verrez vous ne pourrez plus en démordre) il faut quand même aimer lire pour s’y mettre. En effet, le tome 1 représente 560 pages de bonheur (au format pocket).

En résumé, je recommande vivement ce roman. Je pense qu’il ferait également un très bon cadeau pour les fêtes de fin d’année.

Extrait

« Le bâtiment des Archives familiales, par exemple, était continuellement de mauvaise humeur. Il passait ses journées à craqueler, à grincer, à fuir et à souffler pour exprimer son mécontentement. Il n’aimait pas les courants d’air qui faisaient claquer les portes mal fermées en été. Il n’aimait pas les pluies qui encrassaient sa gouttière en automne. Il n’aimait pas l’humidité qui infiltrait ses murs en hiver. Il n’aimait pas les mauvaises herbes qui revenaient envahir sa cour chaque printemps. Mais, par-dessus tout, le bâtiment des Archives n’aimait pas les visiteurs qui ne respectaient pas les horaires d’ouverture ».

Sur la photo

Des financiers au chocolat sans gluten, hyper facile à réaliser !

1 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Précédent Suivant