SII et 3ème trimestre de grossesse

25 juillet 2018
Blog post

Le troisième trimestre de grossesse c’est un peu comme la dernière ligne droite d’un marathon. Se mêlent excitation de voir bientôt arriver bébé et peurs diverses de l’accouchement et de la naissance, voir même de la gestion de « l’après » avec bébé. Le poids et la taille du bout de chou sont au plus haut et de nouveaux « symptômes » de grossesse peuvent donc faire leur apparition. Bref, une dernière ligne droite certes, mais qui n’est pas de tout repos !

Adaptations alimentaires et remèdes naturels

Tout d’abord qu’on se le dise et qu’on se le rappelle, chaque grossesse est différente ! Et cela, qu’on soit affectée ou non par une maladie auto immune.

A l’occasion des cours de préparation à l’accouchement, j’ai rencontré bon nombre de mamans. Certaines, très mal en point pour ce troisième trimestre. D’autres en pleine forme, plus que jamais ! Personnellement, ce 3ème trimestre m’a demandé quelques efforts et adaptations mais rien d’insurmontable non plus 😉

Tout d’abord, bébé se faisant plus présent dans le ventre, il est vrai que le système digestif est tout de même mis à rude épreuve. Entre nausées et reflux gastriques, surtout le soir et la nuit lors de la digestion, clairement j’ai du abandonner certains aliments le temps de finaliser cette grossesse, même en très petite quantité : l’ail, les crevettes, la sauce et le coulis de tomate… Mais apparemment, au vu des témoignages d’autres mamans, rien de surprenant et rien avoir avec la colopathie fonctionnelle. Ces symptômes sont très courant au troisième trimestre et divergent selon les mamans (pour certaines c’étaient les crudités, pour d’autres les aliments épicés etc).

Ainsi, je vous livre ici mes astuces pour éviter ses désagréments. Car s’ils sont « courants » il n’en restent pas moins très difficiles à vivre quand on est déjà hyper sensible à ce niveau:

  • Repérer ces nouveaux aliments qui vous « dérangent » et ne plus en manger le soir.
  • Manger assez tôt le soir (19H30 max) afin que vous puissiez avoir une large marge de digestion (d’au moins 3h) avant d’aller dormir/vous allonger.
  • Préférez faire plusieurs petits repas qu’une orgie (un peu comme au 1er trimestre).
  • Ne pas vous allonger après le repas du soir. Bien au contraire préférez une petite marche digestive d’après repas. Si ce n’est pas possible, restez assisse bien droite (sur une chaise par exemple). Ne pas opter pour un fauteuil ou le dos part en arrière. Éventuellement, optez pour l’assisse sur un ballon (à peine 9€ chez Décathlon), c’est très agréable également.
  • Bien prendre le temps de se relaxer après le repas. Prendre conscience de sa respiration et travailler dessus. Personnellement, comme c’était l’été et qu’il faisait très chaud, j’en profitait également pour faire un petit bain de pieds (idéal pour lutter contre la rétention d’eau) à l’eau fraîche avec un peu de gros sel de mer.

Si malgré cela les remontées acides ne passent pas, trois autres astuces naturelles :

  • Grignotez 3 à 4 amandes (non salées sinon attention à la rétention d’eau !) après le repas, avant d’aller dormir ou quand les premiers symptômes de reflux gastriques se font sentir. Personnellement, cela à très bien fonctionné pour moi. Attention, n’abusez pas non plus des amandes car elles contiennent des fodmaps. Si vraiment vous ne les digérez pas, essayez avec des cacahuètes non salées et natures (vous savez celles qu’on décortiques soi-même !).
  • Demandez au personnel médical (ou à la pharmacie) qui vous suit de vous prescrire de l’homéopathie type « Nux Vomica » qui fonctionne très bien. Je vous déconseille les autres médicaments vendus en pharmacie qui contiennent souvent du gluten. Mais votre pharmacien est là pour vous renseigner 😉
  • Sur un tapis de yoga par exemple, optez pour une position ou vous êtes à « 4 pattes » : cela allège le ventre (le poids du bébé part naturellement vers le bas) et cela libère donc un peu de place pour le système digestif. A répéter plusieurs fois par jour et par semaine.

Les compléments alimentaires

De l’huile de Périlla au DHA Vegetal

Pour ce troisième trimestre, sur conseil de ma généraliste, j’ai temporairement suspendu ma prise de gélule d’huile de Périlla (j’en parle ici) en remplaçant par du DHA Vegétal (marque La Royale) qui a pour objectif de participer au développement optimal des fonctions cognitives au cours de la croissance.  Il soutient également la circulation et stimule l’activité intellectuelle (renforcement de la mémoire). Un petit plus qui n’est pas de trop (personnellement pour moi grossesse rime avec cerveau de poisson rouge !).

L’homéopathie pour préparer l’accouchement

Je ne m’étendrais pas trop sur le sujet car Internet regorge déjà de pas mal d’articles sur le sujet. Ainsi, demandez à votre médecin (ou pharmacien) d’adapter selon votre cas. Clairement, je ne sais pas si l’homéopathie qui m’est prescrit m’aidera pour la dilatation du col, les douleurs de l’accouchement (bla bla bla…) mais clairement cela est déjà très utile pour :

  • Pour calmer les fameuses douleurs de Braxton Hicks (ces fausses contractions dites de « non travail » et qui soient disant ne sont pas douloureuses…mouais…).
  • Pour s’apaiser : on va pas se mentir plus la date fatidique approche et plus les angoisses et questions remontent à la surface (est ce que j’ai bien tout ce qu’il faut dans ma valise de maternité ? et si j’avais trop mal ? et si et si et si … on refait le monde dans sa tête …).
  • Pour calmer les petits bobos du quotidien liés à la grossesse : maux de dos, .

Et bien que cela ne participe pas directement au bon fonctionnement de la digestion, cet accompagnement homéopathique est me semble t-il très important. En effet, il participe au bien-être général de votre état de santé. Nous savons que le stress et la fatigue sont deux paramètres à éviter pour un colopathe, car ils contribuent malheureusement à la perméabilité du système digestif.

Les tisanes de feuilles de framboisier

Astuce de grand-mère par excellence, il paraîtrait que les tisanes à base de feuilles de framboisier prépare le col pour l’accouchement. Je ne sais pas ce qu’il en est réellement (je vous dirait sûrement cela après l’accouchement !) mais ce qui est sûr c’est que le thé est déconseillé au colopathes et assez difficiles à digérer, surtout en état de grossesse. Ainsi, la tisane peut être une bonne alternative, à condition qu’elle doit plutôt prise le matin ou en tout début d’après-midi afin d’éviter les reflux gastrique du soir. En plus, un petit goût de framboise c’est plutôt sympa à déguster. Personnellement, j’ai opté pour des feuilles de framboisier bio (achetées chez Natureo) afin de garantir le moins de pesticides possibles.

Le cas des hémorroïdes

Les femmes enceinte et personnes sujettes à la constipation sont deux profils gagnants pour les hémorroïdes. Il est donc fort probable qu’en fin de grossesse, vous développiez des hémorroïdes. Consultez rapidement votre sage femme ou médecin et suivez bien le traitement prescrit afin qu’il se résorbe vite (souvent crème et/ou suppositoire).  En effet, attendre ne serait pas une bonne idée car les hémorroïdes pourraient se développer et s’infecter.

Pour aider, vous pouvez également compter sur la tisane d’hamamélis et l’homéopathie. Demandez conseil auprès d’un professionnel.

Le suivi médical

Je le répète, surtout pas d’automédication pendant la grossesse et répondez bien aux rendez-vous des professionnels. Si nécessaire, rappelez leur votre maladie et ses différentes conséquences, notamment pour votre séjour à la maternité.

En résumé

Chaque grossesse est différente mais il est vrai qu’un système digestif déjà défaillant pourra être davantage encore ralenti avec le poids du bébé. Apprenez à écouter votre corps et pensez à quelques remèdes naturels pour vous soulager. Sinon, parlez en à votre sage femme. Surtout ne restez pas en souffrance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Précédent Suivant