SII : les 5 erreurs courantes qui ne pardonnent pas #2

19 avril 2018
Blog post

Nous sommes 5 millions en France (le plus souvent des femmes ) à souffrir d’un SII : le syndrome de l’intestin irrité. Maladie rarement abordée par la médecine et méconnue du grand public, je vous livre ici 5 astuces qu’aucun médecin ne vous dira jamais ! Mais ces conseils valent bien sûrs également pour toute personnes souhaitant retrouver une alimentation équilibrée ou souffrant d’autres maladies telles qu’une gêne après les repas, une inflammation digestive, la maladie de Crohn etc. Si vous avez des questions, laissez-moi un petit commentaire en dessous de l’article et j’y répondrais avec grand plaisir.

Boire du café

café et siiAhhh le café, la seconde boisson la plus consommée au monde ! Et ce n’est pas pour rien… on y est souvent « addict » sans même sans rendre compte. C’est devenu une habitude du quotidien : le matin au petit dej, en pause au boulot, le soir après un bon repas. On sait que le café, lorsqu’il est choisi de qualité, est riche en antioxydants. Mais malheureusement, le café est aussi très irritant en cas de colopathie fonctionnelle ou de digestion sensible.  C’est donc clairement « un agresseur » à supprimer de votre alimentation.

Si vous suivez un régime sans gluten et sans fodmap sans grand résultat, essayez donc d’arrêter totalement le café. Vous verrez alors votre confort digestif grandement amélioré.

Du coup je vous vois venir, vous vous dite « OMG arrêter le café mais c’est impossible ! ». Olala pas de panique, trouvez-lui rapidement un substitut. Comme je l’expliquais plus haut, plus que le café, c’est souvent l’habitude dont il faut se débarrasser (un peu comme les cigarettes en fait ^^)

Alors pour arrêter c’est simple, on diminue sa consommation chaque jour un peu plus jusqu’à éliminer totalement le café. Et on le remplace par de la chicorée (oui bon je sais c’est pas pareil mais goûtez au moins…), du succédané de café, une infusion de rooibos, un thé blanc. L’idéal étant d’alterner une boisson différente chaque jour, en rotation de 4 jours, afin de pouvoir mieux digérer encore.

Mâcher du chewing-gum

Un autre geste du quotidien qui accompagne des milliers de foyer et à tous âge : mâcher un chewing gum. En voiture, avant un RDV  ou après un repas. Et pourtant, ce geste devenu banal peut avoir de graves répercussions sur votre santé. D’autant plus si vous avez des problème de digestion et/ou une maladie auto-immune.

En effet, suivre un régime strict -sans gluten, sans lactose, limité en fodmap – sans arrêter les chewing gum (et autres bonbons de ce type), cela revient à ne faire aucun régime (si si !).

En effet, le chewinggum et ses autres pâtes à mâcher du même style sont un condensé de tous les ingrédients totalement interdits pour un régime de santé, qu’il soit pour une raison digestive ou immunitaire. Pourquoi ? Vous allez comprendre…

Voici ci-dessous la liste des principaux ingrédients d’un chewing gum, création industrielle par excellence :

  • la gomme de base : saviez-vous que la gomme de base utilisée pour fabriquer le chewing-gum est synthétique et provient du pétrole au même titre que la gomme dont se servent les industries de l’automobile pour confectionner les pneus des voitures ? Bon ben voilà, tout est dit…
  • les arômes : qui sont toujours de synthèse avec tout ce que cela implique.
  • les colorants : potentiellement cancérigènes mais aussi montrés du doigt pour leur rôle ravageur à cause de pas mal de symptômes liés à l’hyperactivité notamment.
  • les conservateurs : potentiellement cancérigènes.
  • les édulcorants/sucres : les plus néfastes, étant encore les chewing gum « sans sucre » qui sont souvent bourrés de polyols (sorbitol, xylitol, maltitol), totalement proscrits au même titre que les fodmap lorsqu’on est atteint d’un SII (syndrome de l’intestin irritable) ou toute autre maladie similaire (Chron …). Les édulcorants ont un effet laxatifs sur le corps qui ne peut les digérer qu’en partie. Mais de façon de général il s’agit de « sucres cachés » auxquels il vaut mieux faire attention pour toutes sorte de régime, même une diète !

De plus, en cas de troubles digestifs, le corps n’aiment pas cette mastication intempestive :
-Rien n’est avalé au final, le cerveau est trompé et n’aime pas ça.
-De l’air est aspiré entraînant flatulences et ballonnements. Pour le glamour, on repassera…

Comme pour le café, trouvez la parade pour remplacer vos chewing gum habituels. Préférez mastiquer un bâton de réglisse bio ou du zan (disponible dans tout bon magasin bio et parfois en pharmacie). Vous pouvez également opter pour du cliclé (c’est une gomme qui provient du latex).

3-Prendre des anti-douleurs

Simple mal de tête ou maux de ventre, dans les pays occidentaux nous sommes habitués (pour ne pas dire conditionnés) à vite avaler un comprimé de paracétamol ou autre pour faire passer la douleur rapidement et retourner à ses occupations (travail, enfants bref la vie quotidienne).

Pourtant lorsque l’on est atteint du syndrome de l’intestin irrité, mais pas que, prendre un « simple comprimé » n’est pas anodin et cela pour plusieurs raison…

Tout d’abord car ces comprimés, en automédication ou non, contiennent trèèèèèèèèès souvent des agents chimiques très mal digérés par l’intestin irrité, ou non. Et ces derniers peuvent « agresser » une parois déjà perméable et sensible.

Par ailleurs, beaucoup contiennent du gluten (oui oui même le paracétamol) ainsi que des polyols.

Ces pour ces deux dernières raisons que beaucoup de remèdes réputés pour « faciliter la digestion » sont malgré tout mal acceptés par un organisme affecté d’une colopathie fonctionnelle. Par exemple, le célèbre « charbon » d’après repas à éviter si vous souffrez des intestins.

Enfin, ces anti-douleurs, quand bien même ils permettent d’amoindrir la douleur, cachent aussi et surtout les symptômes sans en soigner réellement les causes. Ainsi quelque soit la cause de la douleur, mieux vaut se faire accompagner et se soigner de façon durable afin d’éviter d’ingérer des antidouleurs, et surtout des opiacés.

Par exemple, des maux de tête répétés peuvent être la source d’un problème de vue à traiter avec l’ophtalmologiste, d’un problème dentaire à soigner avec le dentiste ou un problème de posture à traiter avec un ostéopathe.

Evidemment, cela n’est pas facile et demande du temps. Alors en attendant, pensez aux remèdes un peu plus naturel que votre pharmacien peut vous conseiller : l’homéopathie, les huiles essentielles, la relaxation etc. Étudiez également la piste des probiotiques avec votre généraliste, votre gastroentérologue ou un naturopathe.

Et bien sûr, toujours surveiller son alimentation, je ne le répéterais jamais assez (pour rappel le gluten peut par exemple provoquer des maux de tête…).

4- Consommez régulièrement des produit sans gluten « tout prêts »

colopathie fonctionnelle astucesConsommer sans gluten, on le sait, c’est souvent complexe, surtout dans les débuts. Lire toutes les étiquettes, triez les produits, comparer les prix. Alors évidemment on est naturellement vite attiré par les produit labellisés « sans gluten ». On se dit oh chouette c’est fait pour moi, et à moi les bons muffins à l’anglaise ou la baguette à cuire au four en 10 minutes, tout en respectant les consignes de mon régime.

Malheureusement tout n’est pas aussi beau que sur les emballages. Et même (et surtout !) sur les produits sans gluten je vous invite à biennnnnnnnn lire les étiquettes.

Tout d’abord car les ingrédients en font souvent un produit hyper glycémique : farine de riz (donc sucré et souvent l’ingrédient majeur de la recette), + sucre (de canne ou non) + fructose et/ou glucose= combo gagnant pour que sur le long termes vous déclenchiez d’autres maladies comme le diabète.

Ensuite, car comme dans tous produits transformés, pas mal d’additifs considérés comme nocifs sont cachés. Comme par exemple les colorants alimentaires type E171, qui est en réalité du dioxyde de titane qui sous sa forme « nano » peut déséquilibrer votre système immunitaire (perturbateur endocrinien). Il faut savoir que le E171 se retrouve par exemple dans les pots de peinture. Il ne vous viendrait jamais à l’esprit de manger ou boire de la peinture ? Et bien voilà tout est dit 😉

Je vous conseille davantage de cuisiner et réaliser un maximum de vos plats vous même avec des matières premières bio et de qualité. Vous éviterez ainsi le trop sucré, trop salé, trop gras et les additifs cachés.

5- Les produits sans sucres

Parfois on achète un produit « sans sucre » ou « allégé en sucre » en se disant tiens je fais un petit geste pour ma santé … et bien en fait c’est tout le contraire ! En achetant « allégé » ou « sans sucre », nous consommons simplement des produits dans les quels le sucre a été remplacé par du fructose et du glucose, pas toujours naturel de surcroît.

Les édulcorants les plus courants sont le mannitol et le sorbitol, des édulcorants à proscrire pour leur faible digestibilité. En effet, ils ont un effet laxatif que cela soit chez l’adulte ou l’enfant (tout se passe au niveau du gros intestin).  Si vous êtes sujets à des ballonnement ou des flatulences, lisez donc attentivement les étiquettes et fuyez ce type de produit dits « allégés » en sucre.

Mieux vaut donc manger de temps en temps et occasionnellement un produit avec son « vrai » sucre plutôt que de consommer tous les jours et régulièrement ce type de produit « sans sucre ».

Des questions, des réactions ? Laissez moi votre commentaire sous l’article !

Vous avez aimé cet article ? Alors vous aimerez aussi ces 5 premières astuces

3 Commentaires

  • Hguill

    25 avril 2018 at 7 h 56 min

    Merci pour cet article qui m’éclaire un peu plus dans ma volonté de modifier mon alimentation.

    1. Eve Lefort

      25 avril 2018 at 21 h 03 min

      Je suis ravie si cela peut aider un peu 🙂 Au plaisir de te revoir sur le blog bientôt j’espère

  • 5 astuces pour être zen – Recettes légères de plume

    12 juin 2018 at 11 h 12 min

    […] Bien souvent lorsqu’une journée chargée nous attends, on aurait tendance à se jeter sur une bonne tasse de café ou de thé afin  » de faire le plein d’énergie ». Et bien sachez que cela peut-être contre productif, surtout lorsqu’il y a forte consommation. La caféine et la théine restent des excitants. Dans ce cas comment aborder une situation de façon sereine ? Préférez plutôt une bonne infusion et des fruits frais gorgés de vitamines.  D’ailleurs à ce propos, si vous me suivez sur le blog c’est peut-être que vous êtes atteint d’une colopathie fonctionnelle (ou autre inflammation digestive) et dans ce cas vous savez déjà qu’il vaut mieux supprimer  totalement le café et le thé (vert et noir) de votre alimentation (j’en parle déjà notamment ici). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Précédent Suivant