La banane : amie ou ennemie des colopathes ?

30 juin 2020
Blog post

Régulièrement je souhaite vous offrir des focus sur certains aliments afin de vous accompagner dans votre régime limité en FODMAP. Aujourd’hui par écrit sur le blog, mais je l’espère bientôt sous format vidéo 😉

Vous avez été nombreux à me demander mon retour sur ce fruit tant désiré : la banane ! Et je comprends tout à fait pourquoi car le sujet est complexe. Je vais essayer d’être claire et concise (et si besoin de plus d’informations vous savez ou me trouver).

Information qui aura son importance en toute fin d’article : il faut savoir qu’on consomme en France 12 kg par an et par ménage de bananes ! C’est le second fruit le plus consommé derrière la célèbre pomme ! C’est énorme ! Trop ? J’en reparle plus bas 😉

Les bananes et les FODMAP

Le fructose et les colopathes

Comme vous le savez (normalement), le fructose est (très) mal digéré par les colopathes (malheureusement).

Mais la présence de glucose dans certains aliments avec du fructose permet de mieux digérer ce fructose. C’est le cas de la banane 😉

Ne criez pas victoire trop vite !

Attention, cela dépend aussi de votre type de SII

Avant d’aller plus loin et de savoir si vous pouvez consommer de la banane et comment, il est primordial que vous sachiez identifier dans quelle classe de colopathie fonctionnelle vous êtes…

  • SII Constipation : avec un transit lent le sujet est souvent sous l’emprise de constipation (généralement vous n’aurez alors pas de problème à vous reconnaître dans ce cas de figure).
  • SII Diarrhées : transit rapide la personne à souvent des diarrhées (généralement à peine quelques heures après un repas vous « courrez » au toilettes).
  • SII Mixe : la personne alterne constipation et diarrhées.
  • SII inclassable : avec des selles beaucoup trop variables pour être classées.

=> C’est bon, vous-vous êtes retrouvé dans l’un des cas ci-dessus ? Alors on continue…

La banane peu mûre (donc plutôt verte) est riche en amidon donc si vous avez un transit rapide (SII D) vous pouvez y aller 😉

Par contre si elle est trop mûre, la majorité des sucres deviennent du fructose, mais sa teneur en glucose annule l’effet néfaste qu’elle pourrait avoir donc tous les SII devraient pouvoir la consommer (40 gr environ) sauf le SII Inclassable (car d’autres paramètres rentrent en jeu).

Il en est de même pour la farine de banane. Cette farine (qui n’est pas verte bien sûr) est composée principalement d’amidon résistant (grâce à l’usage de bananes non mûres) un amidon riche en prébiotiques qui n’est pas digéré par l’intestin et qui agit comme les fibres.

C’est l’un des aliments les plus riches en amidon résistant et c’est bien là sa plus grande vertu. Les prébiotiques sont une source sélective de nourriture pour les bonnes bactéries intestinales permettent de maintenir ou de rééquilibrer la flore intestinale.

Par contre attention au chips de banane dont l’indice glycémique monte en flèche !

Mais ce n’est pas tout : et leur accompagnement ?

Il est primordial de comprendre que bien souvent ce n’est pas la banane qui rend malade mais avec quoi elle est consommée.

Préférez la manger nature, à distance des repas.

Et surtout pas accompagnée de « sucres » supplémentaires notamment s’il s’agit d’aliment ultra-transformés type glace, pâte à tartiner ou jus de fruits. Vous ajoutez du sucre au sucre donc du fructose au fructose 🙁  Surtout si vous sortez de table et que potentiellement vous avez déjà mangé sucré (carottes, potiron etc).

Sinon, gérez les proportions en conséquence (une demie banane par exemple et vous mangez l’autre moitié le lendemain).

Attention sujet polémique : les pesticides !

Les bananes, c’est 95% de « l’importation » des Antilles Françaises, malheureusement célèbre pour ses déboires sanitaires en matière d’utilisation de pesticides (attention je ne juge pas, c’est le cas de tout aliment sur-exploité dans tous les pays du monde).

Le chlordécone a été utilisé dans les bananeraies de Martinique et de Guadeloupe pendant des décennies avant d’être interdits.

A force de cet usage intensif, avec les sols et l’air contaminé , c’est pourquoi aujourd’hui de nombreuses personnes sont malades en consommant de la banane. Il faut savoir que même si la banane est bio, l’air dans lequel elle a poussé est encore contaminé. A moindre échelle et même si la situation progresse d’année en année, malheureusement il faudra encore des décennies avant que l’air et les sols soient propres.

On serait tenter d’aller s’en procurer ailleurs … mais maintenant les Antilles font face à la concurrence des pays d’Amérique du Sud qui utilisent plus de produits chimiques encore et ne bénéficient pas des mêmes normes d’exportation.

Mais faire du bio conforme aux normes européennes dans des pays tropicaux pose aussi un problème de rentabilité donc à nous consommateur d’acheter en toute conscience.

Le VRAI bon conseil que je peux vous donner c’est surtout surtout d’acheter des bananes bio et françaises. Vous aurez beaucoup plus de chances de la digérer… même si ce n’est pas parfait.

Y’a pas que la banane dans la vie 🙂

Si la banane est autant appréciée et consommée, c’est sans doute qu’elle est facile à emporter et à cuisiner.

Pourtant, dans le cadre d’une alimentation variée, il est primordial de ne pas toujours consommer les mêmes fruits. C’est d’autant plus vrais pour les intestins sensibles : si vous abusez d’un aliment même si autorisé, il finira par vous irriter le système digestif qui ne comprendra pas pourquoi ce « trop plein », sans compter sur les carences engendrées par le manque de diversité.

Apprenez donc à acheter et à consommer d’autres fruits :

  • Emportez quelques framboises dans un bocal pour accompagner votre lunchbox.
  • Pressez une orange fraîche le matin avant de partir.
  • Pensez au raisin dans votre corbeille de fruits.
  • etc.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Précédent Suivant